Back to top

Un éclairage pour notre bien-être

Un éclairage pour notre bien-être

Ces 20 dernières années le monde de l’éclairage a connu de grandes avancées avec l’arrivée en continue d’ampoules toujours plus économiques (les ampoules halogènes, fluocompactes ou encore Led). Toutes ces avancées visaient principalement une économie d’énergie toujours plus importante. Après avoir fait de nombreux progrès en termes d’économie d’énergie, l’industrie de l’éclairage s’intéresse à présent au bien être.

Un meilleur éclairage pour de meilleurs résultats en salle de classe?

Philips fait partie des constructeurs qui se consacrent depuis plusieurs années à l’amélioration du bien être des utilisateurs de ses produits. Dernièrement, la marque hollandaise s’est intéressée à travers ses travaux de recherche à la vie estudiantine et plus précisément à l’éclairage des salles de classe.

L’une des informations qui ressort de ces recherches est l’impact que peut avoir l’éclairage d’une salle de classe sur les résultats des élèves. Philips affirme en effet qu’en améliorant l’éclairage d’une salle de classe on peut améliorer le bien être des étudiants et donc leurs résultats. Ils peuvent notamment améliorer leur concentration, accélérer leur vitesse de lecture et réduire le nombre d’erreurs.

L’éclairage d’une salle de classe influe sur le résultat des élèves

Plusieurs expériences similaires ont été menées en Allemagne et aux Pays-Bas. Elles ont elles aussi démontré un impact positif de l’éclairage sur le bien être et les résultats des étudiants. L’une d’entre elles a comparé les résultats d’étudiants travaillant dans une salle de classe avec une lumière d’intensité « normale » avec ceux d’étudiants travaillant dans une salle de classe éclairée par une lumière de grande intensité. Résultat? Les étudiants ont fait 20 erreurs en moins sous un éclairage de grande intensité.

Vous pourriez aimer lire:  Choisir sa lampe de chevet

L’idée n’est pas de dire qu’en éblouissant les étudiants avec une lumière de grande intensité tout au long de la journée est une bonne chose, mais qu’il y’a possibilite d’accentuer l’intensité de l’éclairage par intermittence pour les aider à mieux se concentrer.

L’intensité de l’éclairage n’est cependant pas le seul critère à prendre en compte pour un éclairage de qualité. Philips l’a d’ailleurs soulevé en affirmant que l’intensité de l’éclairage n’est qu’un détail. La température de couleur, la répartition de la lumière, la dynamique et le contrôle de la lumière sont aussi des clés pour un éclairage de grande qualité.

Maintenant, il “suffit” de passer à l’action

Voir que l’éclairage peut avoir un impact positif sur les étudiants et de manière générale sur notre bien être est une chose, mais commencer à installer ces systèmes dans les salles de classe et lieux de travail en est une autre. Selon le Professeur Herbert Plischke de l’Université de Munich, il y’a même un gouffre entre le fait de savoir que l’éclairage peut avoir un effet positif sur nous et ce que l’on devrait faire pour en profiter.

C’est connu, nous préférons un éclairage dynamique qui s’adapte à nos besoins et à l’évolution de la journée. L’être humain est par exemple demandeur d’une lumière blanche avec un léger teint bleueté le jour et d’une lumière plutôt chaude le soir. L’industrie de l’éclairage connait nos besoins, mais nous sommes encore très loin du système d’éclairage parfait. Pour s’en approcher, il est important de mettre en application les recherches faites par l’industrie. Mais, cela demande de lourds investissements et donc, une prise de risque considérable.

Vous pourriez aimer lire:  Que sont les lumens et de combien avez-vous besoin pour votre éclairage ?

 

L’industrie de l’éclairage veut s’inspirer de plus en plus de l’éclairage naturel

Mark Ridler, de BDP Lighting (fournisseur de solutions d’éclairage) reste cependant optimiste face à la possibilité de profiter plus rapidement des résultats des travaux de recherches. « Les 5 dernières années ont été magnifiques », annonce Ridler. « Les concepteurs de solutions d’éclairage se sentent plus libres aujourd’hui en produisant des design adaptés aux humains ce qui n’aurait pas été possible avec les anciennes lois qui privilégiaient le produit plutôt que l’utilisateur ».

 

C’est Mark Ridler aussi qui affirme que « Partout où cela est possible, ne placez pas les humains dans des environnements entièrement artificiels » et conclue d’une belle manière le sujet en affirmant « Les employés productifs sont avant tout des employés heureux. Nous savons cela intuitivement et par expérience. »